President Najva Amin on International Women’s Day

 

11042676_10152572860377024_8367500497781101283_n

President Najva Amin has written an op-ed to mark this year’s International Women’s Day, on the particular significant that this year’s IWD has for women in Canadian political life.

Politics is often referred to as a blood sport; a tough, malicious game. A large part of this mythology comes from the central role that masculinity has historically played in Canada’s political discourse. This is inevitable—for nearly our entire history, government has been run by and for men. For too long, women have been denied a role in the policies and politics that govern our lives.

Progress has been slow. Nellie McClung and the “Famous Five” are giants for their work, which culminated in women being officially recognized as “persons” under the law and allowed to sit in the Senate. While legal status for women was a ground-breaking moment, full equality has taken much longer. For too long, women haven’t been able to see politics as accessible to them. They haven’t seen it as a means to affect change. They haven’t seen it is as a way to realize their aspirations. No more.

We are at crucial moment. In Ontario and across Canada, the voices and priorities of women are finally beginning to occupy the place they deserve. All has not been achieved. Yet Canadian women are positioned for meaningful progress. Finally, we have the leaders, policies and personalities to be empowered as real players in the political process.

Firstly, leadership. Last year, Kathleen Wynne proved that a woman cannot just rise to the helm of Ontario’s governing party, but win the confidence of the people of Canada’s largest province. As part of her expansive agenda, Premier Wynne has championed women’s issues, including this week’s groundbreaking action on combatting sexual violence. Of the fifteen new Liberal MPPs elected last June, nine are women. The Premier’s success hasn’t gone unnoticed—CNN called her one of the most inspiring women of 2014. Federally, The Liberal Party of Canada has made the recruitment of more women a priority—over a third of nominated candidates nationwide are women.

Secondly, policies. Justin Trudeau’s Liberal Party of Canada is willing to back up its rhetoric on women’s issues with action and policy. For years, many across Canada, especially young Liberals, have pushed for stronger action on a woman’s right to choose. We view this not just as a Liberal policy, but a Liberal value. Our leader shares this conviction, evidenced by his commitment that all Liberal candidates must support women’s fundamental rights. I am proud to be part of a party that recognizes that choice is not a topic to be debated, but a right to be protected.

Lastly, personalities. Not only have women attained leadership roles and influenced policy, they’ve become good at politics too. Both the federal and provincial Liberals have a woman as party president, and I’m especially proud that the Executive Board of the Ontario Young Liberals is majority female. This a prelude only. The Ontario Liberals owe their incredible victory in last June’s provincial election in no small part due to one woman: the brilliant Pat Sorbara. Her herculean efforts to keep our party in government are much of the reason she currently serves as the Premier’s Deputy Chief of Staff. Sorbara’s work in Ontario is mirrored at the federal level, where the talented Katie Telford will serve as our party’s Campaign Co-Chair during this fall’s election. A veteran of Stephane Dion and Gerard Kennedy’s offices, Telford holds much of the party’s fate in her hands. The ascent of these two successful women to the top of the “backroom” marks a new era for women’s participation in Canada’s political life.

The theme of this year’s International Women’s Day is “empowering women, empowering humanity.” With the right leaders, policies and personalities; this promises to be a new era for women in public life. As a young woman engaged in politics here in Ontario; I feel this is a unique moment. This International Women’s Day, we can be optimistic. When it comes to Canada’s politics, women are empowered like never before.

Najva Amin is the President of the Ontario Young Liberals and a graduate of the University of Toronto.


 

La politique est souvent désigné comme un sport sanglant; un jeu malicieux et difficile. Une grande partie de cette mythologie est venu du rôle central que la masculinité a joué dans le discours politique du Canada. C’était inévitable, pendant la majeure partie de notre histoire, les gouvernements ont été gérée par et pour les hommes. Pendant trop longtemps, les femmes se sont vu refuser un rôle dans la politique et dans les politiques qui régissent leur vie.

Les progrès ont été lents. Nellie McClung et les «Cinq Femmes Célèbre» ne peuvent passer sous le silence pour leur travail qui, au fils des ans ont faits en sorte que les femmes soient officiellement reconnues comme des «personnes» en vertu de la loi et qu’elles ont maintenant le droit de siéger au Sénat. Alors que, le statut juridique des femmes a été un moment révolutionnaire, la pleine égalité a pris beaucoup plus de temps. Pendant trop longtemps, les femmes n’ont pas été en mesure de voir la politique comme étant accessible. Elles ne l’ont pas vu comme un moyen de changer les choses. Elles ne l’ont pas vu comme moyen de réaliser leurs aspirations. Nous sommes à un moment crucial. En Ontario et partout au Canada, les voix et les priorités des femmes commencent enfin à occuper la place qu’ils méritent. Tout n’a pas été atteint. Pourtant, les femmes canadiennes sont positionnées pour faire des progrès significatifs. Enfin, nous avons les dirigeantes, les politiques et les personnalités qui ont les habilités pour être perçu comme de véritables actrices importantes dans le processus politique.

Tout d’abord, le leadership.

L’année dernière, Kathleen Wynne n’a pas seulement prouvé qu’une femme peut prendre la direction d’un parti au pouvoir, elle a aussi réussi à gagner la confiance des électeurs de la plus grande province du Canada. Dans le cadre de son vaste programme, la première ministre Wynne a défendu les questions relatives aux femmes, y compris la création d’un Comité Spécial sur la Violence Sexuelle. De plus, parmi les quinze nouveaux députés libéraux élus l’an dernier, neuf d’entre elles étaient des femmes. Le succès de la première ministre n’est pas passé inaperçu: elle a été nommée l’une des femmes les plus influentes du monde, par CNN en 2014. Au niveau fédéral, le Parti libéral du Canada en a fait une priorité de recruter un plus grand nombre de femmes comme candidates pour s’assurer qu’elles aient une bonne représentation.

Deuxièmement, les politiques.

Justin Trudeau et son équipe du Parti Libéral du Canada sont prêts à supporter un discours avec des actions et des politiques sur les questions relatives aux femmes. Pendant des années, un grand nombre de personnes aux travers du Canada ce sont joint aux Jeunes Libéraux du Canada pour s’assurer qu’une pression soient faite pour que des actions soient prise pour laisser aux femmes le droit à choisir. Nous ne considérons pas seulement ceci comme une politique Libéral, mais une valeur Libéral. Notre chef supporte cette valeur, comme en témoigne son engagement que tous les candidats libéraux doivent soutenir les droits fondamentaux des femmes. Je suis fier de faire partie d’une équipe qui reconnaît que le choix des femmes n’est pas un sujet à débattre, mais le droit d’être protégé.

Pour terminer, les personnalités.

Non seulement les femmes ont atteint des rôles de leadership et influencé des politiques, elles sont devenus bonne en politique. Que ce soit au niveau fédéral ou provincial, la présidence du parti Libéral est occupée par une femme et je suis particulièrement fière du fait que le Conseil exécutif des Jeunes libéraux de l’Ontario est majoritairement féminin. D’ailleurs, la majorité des députés Libéraux de l’Ontario doivent leur victoire incroyable lors de la dernière élection provinciale à une femme: la brillante Pat Sorbara. Ses efforts herculéens pour garder notre parti au gouvernement est une grande partie pourquoi elle est actuellement la directrice général adjoint de la Première Ministre. Le travail de Sorbara en Ontario se reflète aussi au niveau fédéral, où la talentueuse Katie Telford servira à titre de co-présidente de la campagne pour notre parti lors de l’élection du mois d’Octobre. Une vétérane du bureau de Stéphane Dion et de Gerrard Kennedy, Telford détient une grande partie du sort du parti dans ses mains. L’ascension de ces deux femmes au sommet des coulisses politique marque une nouvelle ère pour la participation des femmes à la vie politique du Canada.

Le thème de la Journée internationale de la femme cette année est «l’autonomisation des femmes, l’autonomisation de l’humanité.” Avec les bonnes dirigeantes, politiques et personnalités; cela promet d’être une nouvelle ère pour les femmes dans la vie publique. Comme une jeune femme engagée dans la politique ici, en Ontario; Je crois que c’est un moment unique. Cette Journée internationale de la femme, nous pouvons être optimistes. Quand il s’agit de la politique du Canada, les femmes ont du pouvoir comme jamais auparavant.

Najva Amin est président des Jeunes libéraux de l’Ontario et diplômé de l’Université de Toronto.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *